fermer ce cadre
Warning!
Vous utilisez un navigateur obsolète

Pour naviguer sur un internet rapide et sécurisé, téléchargez gratuitement un navigateur moderne.
Ou mettez celui-ci à jour.

Depuis deux ans, la mode a pris de forts accents régressifs. L’exemple le plus récent, et le plus marquant, est sans conteste le dernier défilé printemps-été 2015 de Moschino, où le styliste Jeremy Scott a transformé ses mannequins en véritables poupées Barbie. Certains ont crié au scandale, et je ne saurais leur donner tort. En février, lors de la Fashion Week milanaise, il s’était montré à peine plus sage en présentant des tenues intégrales Bob l’Éponge ou Happy Meal. De quoi effrayer plus d’un homme de bon goût. Car si les imprimés enfantins peuvent relever une tenue sobre et apporter une touche de fantaisie bienvenue, le total look, lui, reste à bannir.

Comme tous les hommes, ou presque, je garde un côté grand enfant. Ça ne me choque donc pas de voir des femmes arborer fièrement leurs sweats Disney, des pièces aux couleurs vitaminées rappelant les bonbons de mon enfance ou des vêtements ornés de petits oiseaux, de cœurs ou de jolies fleurs. Je ne saurais en dire autant, en revanche, des oreilles de Mickey arborées façon Lady Gaga. N’est pas star qui veut, et ce genre de fantaisie n’est véritablement portable que sur un tapis rouge. Enfin, pour ne pas friser le ridicule, il est finalement plus sage de se limiter à une ou deux pièces régressives. Cela suffit amplement.

Et si votre homme se montre réticent à la vue de votre tout nouveau t-shirt Hello Kitty, puisez plutôt dans le répertoire de ses héros favoris : Star Wars, Star Trek, Dragon Ball Z, ou même des personnages cultes de jeux vidéo comme Mario. Il ne pourra pas vous reprocher de porter un vêtement aux couleurs des héros avec lesquels il vous bassine depuis que vous vous êtes rencontrés. Bref, je dis oui à la tendance régressive ! Et en plus, cela vous donnera l’occasion de ressortir vos vieux t-shirts Minnie vintage cachés au fond du placard. Ne dit-on pas que la mode est un éternel recommencement ?

© Abaca