A première vue, la mode est une histoire de cycles, de tendances qui sombrent parfois dans l’oubli pour revenir en force. Aujourd’hui, le néo-rétro est partout et l’expression "faire du neuf avec du vieux" n’a jamais aussi bien porté son nom. Pourtant, je m’interroge : que penser du revival de l’imprimé léopard chez les femmes ? Aurait-on traversé tous ces millénaires d’histoire, ces évolutions stylistiques pour rien ? Ou plutôt pour régresser et nous parer de peaux de bêtes à la manière de nos ancêtres préhistoriques ?

C’est un peu plus compliqué que cela. En fait, le léopard est un grand classique de la mode féminine. Il a su évoluer au cours des époques pour se décliner dans des tons, des matières et des coupes variés (et parfois improbables), et orner pulls, chaussures et autres sacs à main. De là à dire que le leggings tacheté de votre copine est directement hérité de la fourrure des femmes de Cro-Magnon, il n’y a qu’un pas...

Petite anecdote : sans remonter jusqu’à l’âge de pierre, on retrouve le léopard sur la robe de la princesse égyptienne Néfertiabet. Pas besoin d’être égyptologue pour y voir une référence à Bastet et Sekhmet. Les déesses félines du Panthéon égyptien représentent respectivement… la maternité et la pulsion. Tout s’explique ! En effet, ce n’est sans doute pas une coïncidence si le léopard s’est (ré)imposé comme un motif sensuel et féminin mais aussi rock’n’roll, voire sauvage. Porté par les sex-symbols de Hollywood comme Rita Hayworth ou Elizabeth Taylor dans les années 1950, il a été adopté par les pin-ups et autres danseuses burlesques. De nos jours, Dita von Teese le porte assez régulièrement (quand elle est habillée).

Cela fait-il du léopard un motif connoté, voire vulgaire ? Celle qui le porte s’imagine-t-elle en plein safari dans la savane ? Après observation, je dirais que non. C’est vrai, cet imprimé est souvent décalé mais il peut aussi être chic ou tout simplement sobre. Et l’amoureux des animaux que je suis est rassuré : le léopard est une espèce protégée.