fermer ce cadre
Warning!
Vous utilisez un navigateur obsolète

Pour naviguer sur un internet rapide et sécurisé, téléchargez gratuitement un navigateur moderne.
Ou mettez celui-ci à jour.

Héritées de l’époque gréco-romaine, les spartiates ont été aperçues sur plusieurs podiums cette année en version montante. A mi-mollet ou sous le genou, vous pouvez les porter lacées, à la manière de Victoria Justice, ou choisir un modèle à brides pour une allure de guerrière assumée qui n’est pas pour me déplaire ! Pourtant, ce n’était pas gagné…

Avant de porter de telles chaussures, je pense qu’il faut observer sa propre morphologie. Lacées, ces sandales auront tendance à serrer votre jambe ce qui sera moins seyant. Heureusement, il existe toujours plusieurs tailles et modèles qui conviendront à chacune. Observez le rendu final et n’ayez pas peur d’en essayer plusieurs paires, un conseil qui s’avère efficace pour toutes les chaussures ouvertes d’ailleurs. Un soulier d’été doit épouser la forme du pied, tenir la jambe sans pour autant comprimer l’ensemble, non ? Une fois cette barrière franchie, la spartiate montante se révèle très originale à la belle saison, bien plus qu’une paire de tongs.

Hormis cela, j’avoue avoir émis des doutes sur le côté raffiné de ces chaussures de gladiatrice, qui ne peuvent a priori pas être portées pour un cocktail mondain. Cependant, vous pourrez vous en sortir dans toutes les autres situations avec ces merveilles : propices au farniente avec un short en jean et un t-shirt, vous n’aurez qu’à enfiler une robe longue fendue à motifs pour une allure résolument bohème. Pour un dîner au restaurant, une paire de spartiates mi-hautes avec un empiècement en métal associées à une petite robe noire classique sera sûrement du plus bel effet. En résumé, je dis "oui" à la spartiate montante d’amazone bien portée !


© Getty Images