Le ventre est une partie du corps qui symbolise le sexyness. Pour exploiter cette féminité, il suffit de choisir les bonnes pièces qui subliment nos formes généreuses.

Qu’est-ce qu’on porte en haut ?

Qu’importe la couleur, ce qui compte c’est la matière. Exit le synthétique qui colle à la peau et met les petits défauts en valeur. A la place, on mise sur des matières fluides comme la soie, le satin, le lin… En bref, on joue la carte de la légèreté. On peut aussi se permettre des matières plus épaisses et structurantes qui gainent notre ventre. Le secret, c’est de créer des lignes de verticalité sur notre silhouette, pour la rendre plus harmonieuse.

Niveau coupe, on penche vers du fluide aérien ou du droit ajusté (ni trop grand, ni trop serré). La longueur idéale d’un top ? Sous les hanches, dans le premier cas et au niveau de l’os de la hanche dans le second.

Pour ce qui est de la veste, on la choisit également structurante (comme un blazer) ou aérienne (comme un trench, l’incontournable du printemps), peu importe qu’elle soit courte ou longue.

… et en bas ?

On porte un jean taille normale ou haute, pour gainer les petits bourrelets qui nous enquiquinent et galber notre silhouette façon pin-up des sixties. Par exemple ? Un pantalon en toile denim brute, une jupe crayon ou bien trapèze, une robe portefeuille en matière épaisse…

La robe resserrée à la taille est une bonne option, seulement si nos hanches sont marquées (morphologie en 8). Autre solution : la coupe droite ou trapèze, qui cache notre petit ventre au cœur du tombé de la robe. Si notre morphologie est en O (hanches pas ou peu marquées), on mise sur une robe droite à longueur au-dessus du genou (pour ne pas alourdir notre silhouette), style portefeuille ou chemise, pile dans la tendance de la saison.

Bien sûr, on n’oublie pas de se jucher sur une paire de talons, pour élancer et affiner notre silhouette.

©Abaca/Bertrand-Hillion Marie-Paola