fermer ce cadre
Warning!
Vous utilisez un navigateur obsolète

Pour naviguer sur un internet rapide et sécurisé, téléchargez gratuitement un navigateur moderne.
Ou mettez celui-ci à jour.

N°1 : On fait jouer notre réseau

On demande aux sœurs des amies de notre nièce, si elles ne connaîtraient pas quelqu’un qui connaîtrait quelqu’un, susceptible de garder notre bout de chou. En bref, on active nos contacts !

N°2 : On laisse une petite annonce dans le quartier

A la boulangerie, au supermarché, sur la porte de notre immeuble… on dépose un peu partout des petites annonces (en demandant l’autorisation au préalable). On indique bien le profil et les disponibilités recherchés.

N°3 : On s’inscrit sur un site spécialisé

Les sites qui mettent en contact des baby-sitters et des parents fleurissent. On effectue une demande et on est quasi-certaine d’obtenir une réponse dans la journée.

N°4 : On recrute en direct

Une fois par an, un « baby-dating » est organisé par Pôle Emploi. Chaque parent réalise en moyenne entre 5 et 10 entretiens de 10 minutes avec les candidats-étudiants. Une fois la perle rare dégotée, à nous la rentrée sans stress

N°5 : On passe par une agence

Les prix sont légèrement plus élevés, mais l’agence forme ses baby-sitters de façon rigoureuse. De plus, elle gère les formalités administratives (paiement, gestion des congés, etc.). Et hop, on adopte la zenitude en toutes circonstances

Crédit : Getty Images/Maria Pavlova